Un investisseur français qui souhaite se positionner à l’étranger devra se demander quelle est la structure juridique entrepreneuriale qu’il souhaite mettre en place. S’il ne souhaite pas collaborer avec des entreprises locales étrangères, il préfèrera le choix de création d’une filiale ou d’une succursale ; mais, il peut aussi opter pour un joint-venture auprès de partenaires locaux.

Join VentureLa société française peut soit créer une société chargée d’exploiter l’activité nouvelle à l’étranger, qui sera donc sa filiale, soit se constituer un établissement non doué de la personnalité morale en y plaçant un de ses salariés ; il sera alors question d’une succursale.

La création d’une filiale permet en principe un développement plus offensif sur le marché, notamment par l’ouverture possible du capital, à terme, à des associés locaux. La succursale, dépourvue de la personnalité morale, n’offre pas ce dernier avantage.

Plutôt que de créer seule une filiale ou une succursale, la société française peut décider de mettre en place avec un ou plusieurs partenaires locaux une entreprise commune, un joint-venture. Il sera souvent créé dans le même temps une filiale commune avec un apport pour moitié chacune (fifty-fifty).